jeudi 12 juin 2008

la preuve en image...

video

Juin 2008: Tests préliminaires sur pilote

Aprés plusieurs semaines de construction, notre premier pilote de Pile Microbienne stade pré-industriel vient d'être testé.
1er bilan: Pas de problèmes techniques majeurs (fuites,...) un grand merci à Allec pour son travail.
Résultats: Quelques verrous technologiques ne nous permettent pas encore d'atteindre des puissances pharaonesques mais nous en étions conscients dés le départ. Lors de ce premier test grandeur nature, la pile a débité en continu un courant de 50 mA sous une tension de 200mV soit une puissance de 10mW.
Plusieurs améliorations sont d'ores et déjà envisagées pour améliorer les performances de cette pile, ce sera notre travail pour les mois à venir.

Nul doute que ce prototype sera pour nous un outil technologique précieux dans la course vers les énergies alternatives.

lundi 21 janvier 2008

Un concept innovant de pile à combustible










Des biofilms électro-actifs comme catalyseurs

Dans une Pile à Combustibles microbienne, la présence de micro-organismes qui colonisent l’anode permet d’utiliser comme combustible toute sorte de matières organiques : acétate, glucose, mélasses, mais aussi les déchets organiques contenus dans les eaux de stations d’épuration, les déchets agricoles (laiteries, lisiers, etc.), les déchets domestiques et tout type de substrats fermentescibles. La technologie permet donc de produire de l’électricité directement par la dégradation de biomasse et de matière organique. Les PCM ouvrent la voie à l’exploitation de combustibles à très bas coûts, voire gratuits lorsqu’il s’agit par exemple de la charge organique contenue dans les effluents aqueux domestiques ou industriels. La pile assure alors une double fonction : produire de l’électricité et intensifier les procédés de traitement d’effluents en accélérant la dégradation de la matière carbonée.

Plusieurs prototypes marins ont déjà été développés


Notre équipe a développé un prototype de laboratoire capable de fournir jusqu’à 5W par mètre carré de surface d’électrode avec une densité de courant de 10A/m2 à partir de la digestion d’acétate par des micro-organismes issus de sédiments marins. Une cellule qui vise une puissance de 1W est en cours d’élaboration. Nous envisageons d’étendre la technologie à de petites unités de traitement des eaux usées qui assureraient ainsi leur propre alimentation électrique tout en augmentant la vitesse d’épuration. Ces performances se situent parmi les meilleures obtenues par les nombreuses équipes qui s’engagent maintenant dans cette voie, en particulier aux Etats-Unis avec des moyens considérables (Universités du Massachussetts, Pennsylvanie, Washington …) ou en Australie avec l’appui de sociétés industrielles (université de Queensland et société Forster).


video

21-01-2007 Ouverture du blog sur la pile à combustible microbienne

Des déchêts comme source d'énergie...

Contrairement aux énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole), les déchets agricoles ou ménagers constituent une ressource renouvelable dont il faut intensifier la valorisation énergétique. Dans ce cadre, les piles à combustible microbiennes pourraient devenir le cœur d’une nouvelle filière énergétique grâce à la production directe d’électricité par transformation biologique des déchets organiques.